Un itinéraire en stéréo

J’’ai choisi il y a 10 ans le monde des organisations, parce qu’il est un monde de pressions et d’enjeux.

J’y suis entré en me confrontant au réel de managers opérationnels, tout en bas de la pyramide, en réalisant des missions de développement du leadership pour l’industrie et le transport. Dans le même temps, j’ai tout appris sur l’accompagnement des dirigeants en collaborant avec Daniel Cohen, coach des états-majors, sur des problématiques de stratégie et d’organisation. À ses côtés, j’ai découvert ce métier de sparring-partner, en particulier la capacité à bousculer les équipes et l’art de se mettre au service du style unique d’un patron.

Cette plongée inaugurale « en stéréo » dans les organisations a été une chance formidable. Elle m’a sensibilisé à la connexion entre acteurs de terrain et dirigeants, et plus largement à la dimension systémique des sujets.

Ce goût pour la « stéréo » m’a toujours habité. Enfant, j’ai grandi à la frontière de plusieurs mondes. Adulte, je suis parti étudier à Rome pour me préparer à devenir prêtre, dans un contexte international où se côtoyaient des univers culturels que tout opposait. Je m’y spécialisé en éthique fondamentale, une école de complexité.

A l’issue de ces années de formation, j’ai préféré une expérience opérationnelle à une carrière universitaire. J’ai alors servi durant 5 ans dans une paroisse, où j’ai été confronté, sans y être préparé, à des situations humaines souvent rudes. J’y ai découvert mon goût pour l’accompagnement dans les moments de vérité, avec ce que cela exige d’engagement personnel.

Je dois beaucoup à ces années. J’ai pourtant décidé de quitter cette voie choisie trop tôt. Je me suis alors formé au coaching, avec le désir de renforcer mon expertise de l’accompagnement pour la mettre au service des organisations.

Au fil des années, mon travail s’est progressivement centré sur l’accompagnement des dirigeants confrontés à des moments de tension et d’incertitude. Pour les aider à s’ancrer aux intuitions qu’ils portent, à coller à leur génie, à édifier la confiance autour d’eux.

Mes clients sont le plus souvent des ETI familiales ou des entreprises issues d’univers atypiques, qui vivent des moments de transition où il y a un enjeu à se structurer sans perdre son âme. Des entreprises sur lesquelles il est impossible de plaquer un modèle et qui demandent une compréhension fine de leur singularité.